Millenials, les boutiques de luxe sont elles faites pour les jeunes clients ? (Vidéo)

Animé par Valérie Tallepied, Directrice Fondatrice Retail Management Services

- Eric Briones, Directeur Général Darkplanner
- Nicolas Frechet, Directeur Adjoint Vendôme Van Cleef & Arpels
- Pierre-François Le Louet, Président NellyRodi
- Xavier de Royère, Président Corthay, bottier contemporain

Qui sont-ils ? Comment les définit on ? Quel rapport entretiennent-ils avec le luxe ?

⇨ Génération modelée par Dolto, l’enfant roi.

Le Y est un enfant roi.

⇨ Le luxe est désirable pour les Millenials, et c’est une liberté acquise sans culpabilité judéo chrétienne.
⇨ Leur culture générale luxe et mode est plus grande que la génération précédente.
⇨ Ils veulent s’intégrer au groupe : s’habiller/consommer devient un code d’appartenance encore plus fort.
⇨ Un besoin d’authenticité clairement exprimé.
⇨ Une vision du luxe expérientielle ouverte aux technologies

Le Y n’est jamais une victime.

⇨ Besoin d’élargir les sujets de conversations, on est dans le life style.
⇨ Besoin d’innovation au travers d’une technologie invisible.
⇨ Esprit communautaire.
⇨ Le Y veut des boutiques uniques : les boutiques e commerce se ressemblent : trop caduque.
⇨ Jeunes zappeurs qui veulent être libres.

Des comportements d’achat qui évoluent

⇨ Le Y bouleverse les codes et se retrouve client dans des lieux qui ne lui ressembleraient pas en premier lieu (ex place Vendôme)
⇨ La cliente de 15 ans arrive déjà en boutique, elle est à l’aise, plus que l’équipe !
⇨ Générosité de changer le monde avec une carte bleue.
⇨ Le luxe doit être l’achat parfait.
⇨ Besoin de lien amical, de nouer une relation.
⇨ Esprit grande famille où l’on partage un univers, un style de vie.

Jusqu’où doit on aller avec les jeunes en terme de relation ?

⇨ Devenir des copines de leurs clients ? le vendeur doit être conscient de l’enjeu et des limites de cette relation où le jeune client cherche à nouer des liens forts. C’est l’authenticité qui va primer.

Les pistes de réflexion

-  Renouveler le discours. Génération lassée tout de suite. Enjeu pour nous tous d y répondre sans tomber dans une frénésie d’actualités : les sujets de discussion se doivent d’être beaucoup plus nombreux, polymorphes, multiculturels et digitalisés. « Plus sur du pourquoi que du comment »

-  Profil de vendeurs plus jeunes, plus impliqués dans la relation. N’oublions pas que désormais, certaines ventes se font en boites de nuit ! Le vendeur n’est plus un vendeur mais une personnalité. Les marques doivent entreprendre une vraie réflexion. Autoriser une relation plus personnalisée et supportée par du digital. (Instagram, wechat…)

-  Obligation d’être dans l’action : vente plus rapide, plus challenging, nouveaux réflexes.

Les 6 innovations émergentes selon Eric Briones autour d’un retail pensé comme un « digital augmenté »

⇨ Des boutiques multiplex
⇨ Un fashion show expérientiel
⇨ Un client « ami »
⇨ Un vendeur starifié
⇨ Un vendeur « mentalist »
⇨ Un magasin qui surprend